Antarctica with the X-E1 and E-M5 | Cyril Dhénin

0 Flares Filament.io 0 Flares ×

Oyez, oyez, lecteurs, cette note est avant tout destinée aux geeks de la photo et notamment à mes connaissances de Fuji-x.com et du Forum Olympus France, deux sites que j’ai pas mal parcourus avant ce voyage. Si vous vous fichez comme de l’an 40 du matos photo, sautez ces lignes et jetez un coup d’oeil éventuellement aux photos de cette note (non publiées dans les notes précédentes). Comme promis donc, voici un retour d’expérience sur l’usage conjoint d’un Fuji E-X1 et d’un Olympus E-M5. L’idée ici n’est pas de dresser un comparatif « E-X1 versus E-M5 » car j’utilise ces appareils dans des situations bien distinctes, mais plutôt de souligner leurs atouts et contraintes dans ces contextes. Grosso modo, le Fuji est principalement utilisé avec le zoom 18-55 pour des photos de paysage tandis qu’un 75-300 (éq 150-600 donc) est vissé en permanence sur l’Olympus pour de l’animalier. Autre précision concernant les conditions de prise de vue : l’Antarctique, cela veut dire de la lumière. Beaucoup de lumière. Et, avec la glace, la mesure d’exposition par défaut des deux boîtiers est sans surprise à côté de la plaque. Pour retrouver la blancheur de la neige, le bleu éclatant de la glace, il faut donc surexposer, de 1 voire de 2 diaphs. Dans ce contexte, on apprécie de pouvoir afficher l’histogramme lors de la prise de vue (ce que les 2 appareils permettent) pour tirer à droite l’expo en évitant de brûler les hautes lumières. Un p’tit plus sur ce sujet avec l’Olympus et sa fonction de peaking des hautes lumières (les zones brûlées brillent lors de la prise de vue). A noter que cette fonction semble au menu du X100s. Donc, pas de souci avec l’Oly comme avec le Fuji pour corriger l’expo…..

Google Translater:
http://bit.ly/VIMizy
 

See full article on www.zoneapart.com

CaptureOne 7.0.2 and the FujiFilm X-E1 short words.. | Daniel Blasko
Proccessor: X Story | FUJIFILM
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Filament.io 0 Flares ×

flattr this!